Rechercher

Questions pertinentes autour de la prière de Tarawih

Dernière mise à jour : oct. 19



Revenons ainsi sur la question des Tarawih : "As-salat tarawih". Le Ramadan Approche, nous ne sommes plus qu'à quelques mois de ce mois béni.

Ainsi frères et soeurs, vous verrez à travers ces lignes, les éléments les plus concis et concrets concernant la réfutation des Tarawih.


En guise d'introduction :


Qui dit, le mois du Ramadan, dit forcément et obligatoirement, la prière de Tarawih. Oui, Les tarawih vont malheureusement de paires avec le mois du Ramadan. En tout cas, chez nous autres, les musulmans dits sunnites. Puisque nous savons que les chiites, eux, contrairement à nous autres, ne font pas les tarawih. Ils ne le font pas, non pas parce que c’est une prière qui à la lecture des textes, entre autres sunnites, est une prière innovée, mais ils ne l’a font pas parce que tout ce qui vient de près ou de loin de ‘Umar Ibn al-Khattâb (Radhi Allah 'Anhu), comme de Abi Bakr (Radhi Allah 'Anhu) ou ‘Uthman Ibn ‘Affan (Radhi Allah 'Anhu), est systématiquement, automatiquement rejeté.


Vous aurez, à travers ces lignes, les éléments théologiques qui non seulement vous feront comprendre que la prière de Tarawih est bien une prière innovée, et ceci de l’aveu même de ‘Umar Ibn al-Khattâb (Radhi Allah 'Anhu) lorsqu'il dit, je cite :


قال عمر : نعم البدعة ھذه
Omar a dit : « Quelle excellente innovation ! »

Mais, aussi, que cette prière n'est pas seulement innovée, mais est : une innovation blâmable.


En effet, selon la définition de tous les savants :

« L’innovation est considérée comme innovation lorsque cela contredit, ou le Coran ou la Sunna, de manière clairement prouvée ».

Un acte qui contredit le Coran ou la Sunna Mouakkada, c’est-à-dire Prouvée, établie, est forcément une innovation blâmable.


Ceci est la définition primaire reconnue par tous les savants.


De surcroît, lorsque cette innovation est introduite de manière volontaire dans le corps de l’Islam, cela devient une innovation blâmable mais aussi criminelle.


Le but de cette vidéo étant, qu’après avoir synthétisé, réfléchi et encore réfléchi, médité le sujet, je vous ai fait une synthèse de : 7 questions qui ont été peaufinées.


Ainsi, il s’agit de dévoiler cette innovation, et par ailleurs de dévoiler les mensonges et les manipulations qui vont avec ce sujet, puisqu’évidemment, on se rendra compte de façon tout à fait claire que c’est tout à fait scandaleux et honteux, que certaines personnes, certains savants, certains érudits essayent tant bien que mal, de taire cette vérité. Qui pour des raisons, manifestement de sectarisme, essayent une fois encore, comme ils l’ont fait pour le Jour du Jeudi avec des éléments tout à fait fallacieux, et loin d’être convaincants :


De taire cette vérité, de cacher les textes, essayent de dissimuler cette vérité, d’étouffer un certain nombre d’éléments allant jusqu’à mentir, déformer les textes, s’arranger, prendre des libertés avec les textes, leur faire dire ce qu’ils ne disent pas, etc.

Et tout cela, à savoir de taire la vérité, de cacher les textes, de déformer les textes, de détourner le sens des paroles du Prophète, de détourner le sens de l'histoire, de déroger aux règles fondamentales de la théologie, pour conclure que : La prière de Tarawih n'est pas une innovation, que cette prière est louable, recommandée et recommandable, et que surtout, le Prophète ne l'a pas interdite, et bien pratiquée durant sa vie.

Il s’agit finalement de ce fameux minhaj ad-dassissa wa al-minhaj al-hila : Le minhaj de la dissimulation et de l’astuce, le Minhaj des intrigues et combines douteuses et des tours de passe-passe, des tours de claquettes.


Et ceci est une vérité.


Il convient à tous musulmans et toutes musulmanes qui a un minimum de crainte divine, un minimum d’amour pour le Prophète Muhammad (صلى الله عليه وسلم), de lire ces lignes, et si convaincu vous serez, de transmettre le message.


1. Le Prophète (‘alayhi salat wa salam), lors de la troisième et quatrième nuit, n’étant pas sorti pour prier avec ses compagnons, a dit : « Ô gens, priez chez vous » et ses propos ont été tenus après que ses compagnons aient imité sa prière. La troisième ou quatrième nuit, il n’est pas sorti, donc ils ne pouvaient plus imiter sa prière. Ainsi, les compagnons sont allés le chercher chez lui, en jetant des petits cailloux sur son domicile. Celui-ci, étant sorti en colère, leur dit entre autres : « Ô gens, priez chez vous ».


Et ceci, étant relatif aux hadiths qui se situent dans le sahih de Boukhari et de Muslim, à savoir, je cite :

Zaid ben Thabit – qu'Allah l'agrée – dit : « L'Envoyé d'Allah – qu'Allah prie sur lui et le salue – plaça une natte qui le séparait des gens. Comme il y faisait des prières, quelques hommes cherchèrent à l'imiter et se mirent à le suivre dans ces prières. Une nuit, ils se regroupèrent, mais l'Envoyé d'Allah – qu'Allah prie sur lui et le salue – ne sortit pas les voir. Ils élevèrent la voix et frappèrent la porte avec quelques cailloux. L'Envoyé d'Allah – qu'Allah prie sur lui et le salue – sortit les voir en colère et leur dit : Votre insistance (à faire ces prières) me pousse à croire qu'elles deviendraient obligatoires. Priez donc dans vos maisons ! Car la meilleure des prières est celle que l’on fait chez soi, sauf pour ce qui est des prières obligatoires ».
Zaid ben Thabit rapporte ceci : « Le Prophète – qu'Allah prie sur lui et le salue – plaça (dans un coin de la mosquée) une natte qui le séparait des gens. Comme il y faisait des prières (durant quelques nuits), quelques hommes cherchèrent à l'imiter et se mirent à le suivre dans ces prières. Une nuit, ils n'entendirent pas sa voix, croyant qu'il s'était endormi. Quelques-uns eurent l'idée de faire entendre leur voix en toussant dans le but que le Prophète sorte les voir. (Le Prophète) dit : Votre insistance (à faire ces prières), me poussa à craindre qu'elles deviendraient obligatoires. Si elles devenaient obligatoires, vous ne les observeriez pas. Ô gens ! Priez dans vos maisons ! Car la meilleure des prières est celle faite chez soi, sauf pour ce qui est des prières obligatoires ».
Zaid ben Thabit rapporte ceci : « L’Envoyé d'Allah – qu'Allah prie sur lui et le salue – avait utilisé une chambre (pour la prière) – (le rapporteur) dit : Je crois qu'il avait dit : de natte – durant le mois du Ramadan. Il pria dedans (cette chambre) plusieurs nuits. Quelques personnes de ces compagnons vinrent prier derrière lui. Informé, le Prophète fit (la prière) en étant assis, sortit et dit : Je suis au courant de ce que vous avez fait. Ô gens, faites vos prières dans vos maisons, car la meilleure prière est la prière faite par l'homme dans sa maison, sauf la prière obligatoire ».

Ainsi, comment doit-on comprendre le propos suivant :

« Ô gens, priez dans vos maisons»

Quelle compréhension doit-on avoir du propos « Ô gens, priez dans vos demeures » ?

Ce propos est à comprendre de la même manière que les compagnons, qui étaient présents lorsque le Prophète leur ordonna ainsi d'agir au sens de prier dans leurs maison : c’est-à-dire : D’arrêter immédiatement, de stopper leurs agissements et de rentrer chez eux.


Lorsque le Prophète leur dit :

« Ô gens, priez dans vos demeures, car la meilleure prière est celle faite chez soi, sauf la prière obligatoire »
Tous les compagnons ont mis un terme à cette volonté de faire, non pas Tarawih – puisqu